Réseau des libraires indépendants
en Auvergne-Rhône-Alpes

MENU


Portrait du libraire Chez mon libraire

Portrait réalisé le 09/07/2024

Retour sur les Rencontres nationales de la librairie 2024

Dans le monde effervescent des librairies indépendantes, les Rencontres nationales de la librairie (RNL) représentent bien plus qu'un simple événement.

Depuis la première édition à Lyon en 2011, ces rencontres sont devenues un rendez-vous essentiel où les libraires se retrouvent pour discuter et réfléchir sur l'avenir de leur métier.

En 2024, à Strasbourg, désignée récemment Capitale mondiale du livre par l'Unesco, les RNL ont une fois de plus réuni les figures clés du secteur pour deux journées intenses de partage, d'échanges et de débats. Retour sur ces rencontres à travers les yeux des membres de l’association Chez mon libraire.

Lire la suite

Libraires en Auvergne-Rhône-Alpes

location_on Plus de 190 librairies - en Auvergne-Rhône-Alpes

phone 04 78 30 75 87

Voir le site de la librairie En savoir plus sur la libraire



Rencontres nationales de la librairie 2024

Retour sur les temps forts d’un évènement phare du secteur du livre

« On n'a pas souvent l'occasion de sortir de nos boutiques. » Ainsi se sont ouvertes les premières Rencontres nationales de la librairie (RNL) à Lyon en 2011, sous les auspices de Maya Flandin, libraire à Vivement dimanche (Lyon), et à l'époque coprésidente de l'association Libraires en Rhône-Alpes. Coorganisée avec le Syndicat de la librairie française (SLF), cette édition inaugurale marque alors un tournant majeur en rassemblant pour la première fois une communauté diversifiée de libraires venu·es de toute la France, mais aussi de Belgique et de Suisse, pour échanger sur leurs défis communs. Depuis, les RNL ont parcouru Bordeaux, Lille, La Rochelle, Marseille, Angers, et enfin, en 2024, Strasbourg pour leur septième édition. Récemment désignée Capitale mondiale du livre par l'Unesco, la ville de Gutenberg était le cadre idéal pour ces nouvelles rencontres du 16 au 17 juin. Deux journées d’échanges avec comme fil directeur « Économie, diversité, environnement : pour une écologie du métier de libraire. »

Plus de 80 libraires indépendant·es d’Auvergne-Rhône-Alpes ont fait le voyage jusqu’à Strasbourg. Certain·es sont venu·es avec leurs équipes, profitant de cette occasion spéciale pour renforcer la cohésion et élargir les horizons.

« Nous sommes venues en équipe (car) les RNL sont un excellent moment pour partager des moments de travail et de détente entre collègues. Il est précieux de pouvoir comparer nos points de vue, échanger sur les différents ateliers auxquels chacun·es participent. » — Camille Clerc, Librairie du Cours à Lyon

Retour sur les RNL 2024 - Paroles de libraires © Chez mon libraire

Solidarité et coopération : les libraires face aux défis actuels

Face aux nombreux défis – économiques, écologiques, technologiques, culturels –, les libraires se sont à nouveau retrouvé·es convaincu·es de la nécessité d’avancer ensemble, de nourrir une réflexion collective sur l’avenir de la librairie, pour essayer d’envisager de nouvelles approches et manières de faire face à ces enjeux. Rassemblé·es sur scène à l’ouverture des RNL, les libraires du Conseil d’administration du SLF ont incarné cet esprit de solidarité et de coopération en rappelant les actions et valeurs portées par le syndicat.

Dans son discours inaugural, Anne Martelle, présidente du SLF, a exprimé une réalité sans détours : « Loi Darcos mise à part, peu de choses ont avancé depuis les dernières RNL. » Elle a lancé un appel aux maisons d'édition et aux pouvoirs publics : « N'attendez pas les fermetures et les licenciements. » Les demandes de la profession pour soutenir la viabilité économique des librairies indépendantes dans ce contexte complexe sont claires : revalorisation des remises commerciales, avec une généralisation à 36 % pour toutes les librairies, et un dépassement du taux de 40 %, « plafond de verre » pour les plus grandes librairies ; prise en charge des frais de livraison des offices par la distribution et limitation à 5 % du taux de remise accordé aux collectivités pour leurs achats de livres – contre 9 % actuellement.

Captation vidéo du discours d'ouverture d'Anne Martelle lors des 7e Rencontres nationales de la librairie : "Les 25 ans du SLF : depuis un quart de siècle, l’union des libraires fait leur force."

Économie : de l’effet ciseaux à la trêve des nouveautés

Comme à chaque édition, les problématiques économiques étaient au cœur des échanges et des préoccupations des libraires. Après l'embellie post-COVID en 2021, le secteur fait face à un retour à la réalité. Le marché du livre stagne et les libraires subissent un effet ciseaux dû à l’inflation : les charges augmentent et le pouvoir d’achat des lecteur·rices baisse. La bataille avec les grandes chaînes, et surtout les plateformes en ligne, reste soutenue. Malgré cela, de nouvelles librairies continuent d'émerger, ravivant parfois la concurrence.

Les projections de la dernière étude Xerfi ne rassurent personne : les librairies indépendantes devraient générer un chiffre d’affaires supplémentaire de 5 % à 8 % d'ici à 2025 pour compenser la hausse prévisible de leurs charges.

« L'étude Xerfi a donné le ton. L'avenir économique de la librairie n'est pas rose et de le voir chiffre à l'appui nous a fortement interpellé·es. » — Frédérique Pingault, Librairie du Tramway à Lyon

Tout au long de ces deux journées, les libraires vont explorer divers leviers pour essayer d’améliorer leur modèle économique. Au cœur de nombreux échanges, la meilleure maîtrise des achats et son corollaire, la baisse du taux de retours. Depuis quelques mois, plusieurs librairies vont plus loin en testant une trêve des nouveautés, sur quelques périodes et certains titres.

« La trêve des offices est une tendance qui nous "chatouille" depuis quelque temps. À la suite de ces RNL, nous allons en discuter sérieusement avec toute l'équipe. » — Virginie Vigouroux, Librairie Vivement dimanche

L’objectif de cette pratique : optimiser la gestion des stocks et maximiser les ventes des ouvrages présentés en magasin. Cela permet également de réduire le nombre de nouveaux livres transportés, et donc de diminuer l'impact environnemental du secteur de l'édition.

Surproduction et bibliodiversité : réflexions pour une offre responsable

Cependant, comme le souligne Camille Glaizal, de La Parenthèse à Annonay, tout ne dépend pas des libraires :

« Il est, je crois, important et primordial de réfléchir à comment on achète... Mais les libraires ne doivent pas être le seul maillon à remettre en question leurs pratiques. Les maisons d’édition et les structures de diffusion doivent aussi contribuer en réduisant la production et en travaillant sur la gestion des remises et des retours. »

D’ailleurs, la question de la surproduction et de l’augmentation des prix des livres – encore inférieure à l’inflation – est revenue régulièrement dans les débats.

Les récents travaux de David Piovesan et de Nicolas Guilhot (maîtres de conférences à l’Université Lyon 3), présentés en avant-première aux RNL et basés sur les données de l'Observatoire de la librairie, ont mis en lumière les conséquences néfastes de la surproduction éditoriale sur la bibliodiversité, un aspect crucial que les libraires cherchent à préserver. Contrairement à l'idée répandue qu'une plus grande production offrirait plus de choix, cette surabondance entraîne en réalité une invisibilisation de la majorité des titres, au profit d'un petit nombre d'ouvrages issus principalement de grands groupes éditoriaux. La défense de la bibliodiversité ne passerait donc pas par la multiplication des titres, mais plutôt par une réduction de la production, permettant de mieux défendre, conseiller et vendre chaque ouvrage présent sur les tables des librairies ; de garantir une meilleure visibilité et une meilleure qualité de service pour chaque titre proposé.

Approches durables : vers une écologie du métier de libraire

Si la maîtrise des achats et des retours ont un impact important sur le transport et par là l’empreinte carbone des libraires, d’autres pistes prometteuses ont été évoquées lors de ces deux journées de rencontres. Parmi celles-ci : la mise en place de bonnes pratiques écologiques, le développement de la vente de livres d’occasion ou encore les nouvelles aides du CNL dans le cadre du plan de transition écologique.

L’écologie sociale aussi a été abordée avec les nouvelles relations de travail et l'amélioration de la qualité de vie et des conditions de travail au sein des librairies.

« Au-delà du combat économique pour nous permettre de survivre (...), replacer l'humain au centre de nos décisions sera sûrement la clé de notre pérennité : embaucher, pérenniser nos équipes, mais aussi, à titre personnel, tenir face aux défis qui s'annoncent sans y perdre santé ou moral. » — Sandrine Charreau, La Boîte à soleils à Tence

Impact numérique et avenir de la lecture : perspectives d’adaptation des librairies aux pratiques culturelles et technologiques

Ces RNL ont également permis d’explorer de nombreuses autres thématiques, qu'elles soient anciennes ou émergentes, qui façonnent l’avenir des librairies.

La question de la lecture chez les jeunes, un sujet récurrent, mais toujours pertinent, a été largement discutée. Les ateliers ont exploré des stratégies pour encourager et soutenir cette pratique, attirer et fidéliser les jeunes lecteur·rices, en mettant en avant l'impact positif d'initiatives comme le pass Culture ou Jeunes en librairie. Certain·es ont aussi évoqué l’importance de promouvoir des genres en pleine expansion comme la romance pour capter l'intérêt de cette tranche d'âge, et les emmener ensuite vers d'autres horizons littéraires.

Les librairies ont par ailleurs échangé sur les questions de diversité et d'inclusion. Comment assurer un accès équitable au lieu de vente, une sélection diversifiée de livres et des animations inclusives ? Comment répondre aux besoins de l’ensemble de la clientèle tout en restant fidèle à son identité de libraire ? Des questions qui ont plus largement amené à des réflexions sur la liberté d’expression.

Récent sujet de réflexion pour la chaîne du livre, l’impact de l'intelligence artificielle (IA) a été évoquée au cours de ces RNL, de même qu’elle l’a été dernièrement durant les Rencontres interprofessionnelles du livre (RIL) organisées par l’agence Auvergne-Rhône-Alpes livre et lecture à Lyon. L'intégration de l'IA - au-delà des IA génératives - suscite des interrogations sur son application concrète dans le secteur du livre. André Ourednik, chercheur, écrivain et chargé de cours à l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et à l’université de Neuchâtel, a de ce point de vue proposé une réflexion stimulante soulignant à la fois les défis et les opportunités pour les librairies, et l'importance de préserver l'aspect humain et culturel des échanges littéraires.

Les RNL : où les libraires échangent, s’encouragent, construisent ensemble l’avenir de la librairie

Libraires en zone rurale, nouveaux libraires, animations, ventes aux collectivités, ... Autant de thématiques qui ont été évoquées lors de cette 7ᵉ édition. Deux jours, c'est beaucoup, mais jamais assez : entre les ateliers, les plénières, les discussions informelles et les stands, impossible de tout voir et de tout dire. Cette année, certain·es libraires sont reparti·es frustré·es de ne pas pouvoir échanger plus en profondeur, d'autres secoué·es par les perspectives économiques du secteur… Mais toutes et tous sont revenu·es enrichi·es de nouvelles idées et perspectives, plus engagé·es que jamais.

« Les débats sont intéressants, les libraires ont de bons arguments ; (...) comme à chaque RNL, c'est un appel, un point de départ. » — Virginie Vigouroux, Vivement dimanche à Lyon

Pour beaucoup de libraires, comme le souligne Sandrine Charreau (La Boîte à soleils, Tence), « Les RNL représentent une parenthèse cruciale dans la course effrénée pour maintenir à flot (leurs) librairies ». Jean-Claude Deteix du Talon d'Achille à Montluçon les considère également comme « indispensables dans la vie d'un libraire indépendant ». Mais peut-être la Librairie de Clermont résume-t-elle le mieux l'esprit et la force des RNL : « On écoute, on discute, on échange, on s’accorde, on se désaccorde, on s’encourage, on se conseille, on relativise, on tente de prendre du recul, on s’engage, on se met en colère, on rit aussi – bref, on vit. »

« La librairie ne fonctionne pas en vase clos, elle ne défend pas seulement son intérêt particulier, elle contribue à l’intérêt général. Elle participe à des écosystèmes, elle les enrichit et elle s’en nourrit en retour. (...) La librairie, c’est un art de vivre. Un art de vivre ENSEMBLE au sein de notre société. » — Anne Martelle, présidente du Syndicat de la librairie française, discours introductif des RNL 2024.

Nous remercions chaleureusement le Syndicat de la librairie française pour l’organisation des RNL depuis plus de 10 ans, permettant à chaque édition de renforcer les liens au sein de notre profession et de faire évoluer le métier de libraire.

Pour aller plus loin sur les défis et enjeux de la librairie, retrouvez notre sélection d'ouvrages spéciale Rencontres nationales de la librairie sur le portail Chez mon libraire. Vous pouvez aussi regarder les replays des plénières présentées aux RNL 2024.


Publié le 2024-07-09