Réseau des libraires indépendants
en Auvergne-Rhône-Alpes

MENU
Portrait du libraire Berton Ivan

L'Esprit Livre

Portrait réalisé le 05/08/2021

local_library
location_on

76, rue du Dauphiné - 69003 Lyon

Quartier Dauphiné-Lacassagne, dans le troisième arrondissement de Lyon, à deux pas de la Part-Dieu. On déambule entre les immeubles résidentiels. Au petit matin, les rues s'animent. Les enfants partent à la crèche à l'arrière des vélos, une dame presse le pas pour arriver à l'heure au bureau. La rue que nous traversons débouche sur un carrefour, au croisement d'une avenue plus importante. La librairie est là, au pied du Tram T3, on ne peut pas la rater. Elle est à l'angle, avec de grandes baies vitrées et un bandeau bleu roi qui annonce la couleur : Littérature, Polars, Science-fiction...

Dans la vitrine, déjà, les conseils. Des ardoises noires en fond sur lesquelles sont griffonnés des extraits de livres et une phrase de recommandation. On sait qu'ici, les livres seront défendus, en grand.
[ Essai coup de cœur : Fémini-spunk
« - Mais tu n'y arriveras jamais, c'est l'homme le plus fort du monde !
- L'homme, répond Fifi, mais moi, je suis la fille la plus forte du monde... »
Aux grands mots les grands remèdes, avec cet essai si drôle, si subversif, si spunk ! ]

Vite, entrons...

Les livres sont partout et les mots du libraire accrochent le regard. Pour des dizaines d'ouvrages, entre la couverture et la première page, des notes qui dépassent, écrites à la main, comme autant de conseils chuchotés à l'oreille du lecteur par le libraire du rayon. Car ici, chaque libraire a sa spécialité. Laure officie au rayon Jeunesse ; Julien au rayon Littérature, Polar et SF ; alors que les Sciences humaines sont la passion de Fabien. Ivan, vous pourrez le croiser dans tous les rayons. C'est lui qui a ouvert la librairie il y a 10 ans. Partons à sa rencontre.


Ivan, avant d'ouvrir cette librairie, vous avez travaillé longtemps dans le marketing et l'informatique, pourquoi ne pas avoir commencé votre carrière en tant que libraire ?
Au moment de choisir un métier, la question ne s’est pas posée car je ne savais pas que libraire pouvait être un métier. Je fréquentais principalement les bibliothèques à l'époque. J'ai grandi à dans la banlieue lyonnaise, où chaque semaine, passait le bibliobus : un rendez-vous que je ne manquais jamais. Plus tard je me suis mis à fréquenter des librairies très spécialisées, notamment en Histoire et livres anciens, et
si je me rendais dans les librairies dites généralistes c’était avant-tout pour leur rayon de Sciences Humaines.
J'ai toujours été un fou de lecture, et cette passion m’a suivi car j’avais toujours une pile de livres à disposition et un bouquin entamé pas loin. Un jour, j'ai eu besoin d’autre chose dans ma vie professionnelle : besoin d’autonomie, de mener ma propre barque. J'ai eu envie de prendre des décisions, de les mener à terme et de travailler dans un univers où certaines valeurs préexistent et persistent. La rencontre avec la face « professionnelle » de la librairie s’est faite à ce moment là.

Avez-vous suivi une formation pour devenir libraire ?
J'ai effectué différents stages au sein de librairies que je fréquentais à Paris, et suivi différentes formations : une assez courte, celle de L’Ecole de la librairie à Paris (ex-INFL) et une autre plus longue, de plusieurs mois, qui était la formation de gestionnaire en librairie à la CCI de Lyon, qui malheureusement n’existe plus. L'Esprit Livre a ouvert ses portes ensuite.

Pourriez-vous nous raconter brièvement l'histoire de cette librairie et son repositionnement?
Avant l’Esprit Livre, il y avait déjà une librairie spécialisée jeunesse dans ces lieux.
En fait de reprise, c'était plutôt une création car il a fallu tout réinventer pour la transformer en librairie généraliste. Nous avons refait entièrement le local, l'aménagement et bien entendu, la proposition de livres...
L’équipe est la même depuis l’ouverture (trois libraires sur quatre sont présents depuis le départ). En 10 ans, nous avons beaucoup progressé, évolué. Nous partions de l'existant mais nous avons développé une nouvelle clientèle, proposé une autre offre.
A L'Esprit Livre, chaque libraire est spécialiste de son domaine et responsable de son rayon. La littérature de genre a été très développée : nous avons un rayon spécialisé en Imaginaire, avec des maisons d’édition et des fonds qu’on trouve peu ailleurs, ainsi qu'un important fonds de polars.
Nous avons aussi créé une solide proposition en BD, et depuis l’année dernière le rayon des Sciences humaines a pris un nouvel élan avec l'arrivée dans l'équipe de Fabien qui est un ancien professeur de philosophie. Grâce à lui, nous pouvons désormais répondre à des demandes plus pointues.

Quelle est la place de votre librairie dans ce quartier ?
C'est véritablement une librairie de quartier, de proximité mais qui offre aux clients une compétence dans chaque rayon. Dans cet endroit très résidentiel, nous sommes devenus le point névralgique du quartier, les gens se donnent rendez-vous ici, c'est devenu un lieu emblématique.
Les clients font aussi partie de cette aventure collective. Nous avons tissé beaucoup de liens ; nous faisons partie de leur vie et ils font partie de la nôtre. Parfois, la première sortie d’un nouveau né est réservée à la librairie : c’est un moment incroyable et une grande joie pour nous, une marque de confiance magnifique.

Est-ce que la librairie existe aussi au delà du quartier ?
Nous sommes présents sur de nombreux salons comme le Festival International Quais du Polar, Les Oniriques, et même le Salon du whisky de Lyon : nous apportons notre compétence, une proposition supplémentaire lorsque pour certains nous proposons des auteurs et animons des conférences avec ces auteurs. Nous sommes ainsi très heureux d'être la librairie de référence du  festival Les Intergalactiques qui aura lieu cette année du 9 au 14 septembre, car cet événement spécialisé dans l’imaginaire et la SF s’inscrit pleinement dans l’ADN de L’Esprit Livre. Nous retrouverons une trentaine d'auteurs, des tables rondes, des séances de cinéma, des jeux et conférences…

Et cette émulation, est-ce qu'elle a lieu aussi dans les murs ?
Oui, bien sûr. Pour les rencontres, nous faisons venir les auteurs que nous avons aimés et que nos clients ont plébiscités. Avant la COVID, nous organisions une quarantaine d’événements par an, soit presque une rencontre par semaine.
Nous avons aussi lancé il y a six ans des ateliers philo pour les ados, encadrés par des professionnels (professeurs de philosophie, auteurs...). Certains ados viennent depuis des années, et nous les avons vu passer leur bac, avec dans leurs bagages des références supplémentaires. C’est une joie d’avoir pu contribuer à leur épanouissement intellectuel à notre humble mesure.
Mais le grand événement annuel de la librairie, c’est le pique-nique de la rentrée que nous organisons en Septembre depuis 6 ans dans le magnifique parc de la Villa Monoyer, une maison du XIXeme proche de la librairie. C'est un moment très convivial, qui réunit de nombreux habitués auxquels nous présentons nos coups de cœur dans tous les domaines éditoriaux : Littérature, Polar-SF, BD, Jeunesse, Sciences Humaines. C'est un rendez-vous très attendu par nos lecteurs. Le prochain aura lieu ce samedi 25 septembre 2021 (sur inscription).

Quelle rencontre a marqué l'histoire de la librairie ?
Des moments marquants, il y en a eu tellement... Parfois pendant une rencontre, ou après, il se passe quelque chose qu’on n'attendait pas. La venue de Joseph Incardona pour « Chaleur » (éd. Finitude) est l’un de ces moments. Nous l'avions accueilli à la librairie car nous aimons le regard acéré qu'il porte sur la société et le genre humain (son dernier livre « La soustraction des possibles » est une vraie « comédie inhumaine » des temps modernes). Après la rencontre, nous sommes allés dans un bouchon bien lyonnais tenu par des amis, et avons passé une soirée « animée ». En partant, Joseph a annoncé au couple de restaurateurs : « Vous serez dans l’une de mes prochaines histoires ». Le rendez-vous était pris. Lorsque nous avons reçu les épreuves de « La soustraction des possibles », mes amis étaient bien devenus des personnages littéraires. Joseph avait tenu promesse !
Sur une autre note plus grave mais tout aussi marquante, je pourrais vous citer la venue de Boris Boubacar Diop pour son livre « Murambi, le livre des ossements » (ed. Zulma). Ce texte puissant narre la prise de conscience d’un jeune homme africain face au drame du Rwanda. La présence dans la salle de rescapés du génocide et la qualité des échanges resteront gravés longtemps dans nos cœurs.

Qu'est-ce que la COVID a changé au sein de la librairie ?
La crise sanitaire a réaffirmé quelque chose : ce qui prime pour nous, c’est la relation directe et humaine. De nombreux nouveaux clients ont fait le choix de la proximité, de ce conseil supplémentaire qu'un libraire peut proposer. Dans un monde où tout est dominé par la communication, les médias, la rapidité, nous sommes partisans de procéder à rebours : tout se fait dans la lenteur et la durée. Nous proposons du calme, de la réflexion et de la compétence.
Nous avions créé une page Facebook il y a quelques années, la crise a aussi été l'occasion de l'abandonner. Elle existe toujours mais on y trouve le message suivant : «  Si vous souhaitez nous contacter, passez à la librairie ». Pour nous, il n'y a aucun intérêt à se disperser sur les réseaux, nous nous sommes véritablement recentrés sur la librairie... et donc sur nos visiteurs de chair et de sang.

Pour continuer à exercer votre métier, vous avez dû comme beaucoup passer par le Clic & Collect ?
Voilà. C’est le paradoxe ! Nous savons utiliser les outils informatiques lorsqu’ils apportent une vraie plus value à notre travail. Lors des confinements, ne pas pouvoir faire circuler les clients dans la librairie a été un véritable crève-cœur, mais nous avons pu leur dire : « Nous sommes là, bien présents ! ». Le Clic & Collect, a été une chance incroyable. Bien qu'il existe depuis plus de 6 ans, le site Chez mon libraire a permis de montrer que nous avons la même proposition que des sites de vente en ligne ou des grandes surfaces culturelles, que si le livre n'est pas en rayon nous pouvons le commander et le recevoir très rapidement. Nous avons montré à ces nouveaux clients ce qu'Amazon ne pourra jamais faire : écouter et conseiller. Sur un tel site, notre soi-disant choix est guidé par des algorithmes et notre fenêtre d'ouverture sur le monde s'en retrouve insidieusement réduite. L'éditeur qui peut faire de la communication et du marketing va pouvoir être omniprésent alors que dans une librairie comme la nôtre c'est tout l'inverse : la biblio-diversité et la pluralité des propositions priment.
La très bonne nouvelle, c’est que depuis le déconfinement, ces nouveaux clients reviennent. Nous les accueillons avec le sourire, convivialité, humour, et surtout l'envie de partager quelque chose.

Est-ce que le collectif a joué un rôle important pour traverser cette période ?
Beaucoup de libraires ont compris pendant la crise ce que pouvait être la force d'un collectif grâce à l'association. On est forts parce qu'unis, et l'association est un moteur et un pilier pour nous tous : c'est la rencontre de toutes les bonnes volontés, de toutes les énergies. Il y a une réflexion commune à tenir sur ce que nous voulons pour le futur. Préférons-nous courir après un modèle qui uniformise ou valoriser notre modèle qui a sa philosophie propre ?

Alors selon vous, quel sera l'avenir de la librairie indépendante au regard de l'année écoulée ?
Ces confinements ont finalement permis à certains de réfléchir, de retrouver un ordre de priorité dans leur manière de consommer, d'être. Cette crise de la COVID a contribué à ouvrir les yeux de beaucoup, libraires comme clients. C'est ce pour quoi je milite dans l'association : nous, libraires, devons réfléchir à la philosophie de notre métier qui n'est pas de tendre vers plus de distance, d'inhumain, d'informatisation, mais au contraire de cultiver notre jardin : l'accueil, le conseil, tout ce que les grands sites ne pourront jamais proposer. Nous avons aujourd'hui une opportunité qui n'a jamais existé, saisissons-la !

« La librairie est une aventure collective. L’impulsion est donnée par une personne mais elle doit rencontrer l’énergie, la volonté, la passion d’autres personnes, d’autres libraires. C’est ce qui fait que quelque chose se forme », nous explique Ivan.
A L'esprit livre, le « je » a laissé la place au « on ». Le « on » de l'équipe, le « on » qui apprend, qui se questionne, qui transforme la crise en rebond, le « on » qui pense et qui avance, le « on » qui inclut les auteurs mais aussi et surtout les clients. Ici, la librairie n'est pas l'affaire d'un homme, c'est une histoire collective et motrice, qui s'écrit chaque jour et se réinvente sur fond d'imaginaire. Une histoire dont on a envie de faire partie lorsqu'on quitte cette cabane de papier.

 

Propos recueillis par Chez mon libraire, juillet 2021

 

Librairie L'Esprit Livre
76 Rue du Dauphiné - 69003 LYON

04 72 91 69 50

Créée en 2011
Surface de la librairie : 80 m2

Voir le site de la librairie